Le rêve olympique de Bart Swings

 Le 5 décembre dernier, c’est un Bart Swings impressionnant qui a décroché l’or dans l'épreuve de la mass start lors de la Coupe du monde de Salt Lake City, aux États-Unis. Superbe final pour un week-end mémorable puisque la veille, Swings avait déjà pulvérisé son record de Belgique vieux de quatre ans dans le 5.000m. Bart Swings est pratiquement au top de sa forme. 

Il y a quatre ans à PyeongChang, Bart Swings avait remporté l'argent olympique dans la mass start. Si Bart Swings parvient à se qualifier pour Pékin, il participera à ses troisièmes Jeux Olympiques d'hiver consécutifs, après Sotchi 2014 et PyeongChang 2018. 

 

Un cadeau de Saint-Nicolas
Bart patine depuis son jeune âge mais ce n’était pas sur glace à l’époque... Tout a commencé un beau matin du 6 décembre, à la fin des années 1990. C’était le jour de la Saint-Nicolas. Bart avait alors sept ou huit ans et il avait vraiment été très sage car dans sa petite chaussure, le Grand Saint avait déposé un cadeau qui allait être déterminant pour le reste de sa vie: une paire de rollers!  

“Nous avions tous des rollers à la maison, mon frère et mes deux sœurs”, se souvient Bart Swings. Nous avons été très tôt membres d’un club. C’était vraiment amusant et j’aimais particulièrement la vitesse alors j’ai participé à des compétitions. Je commençais à devenir plutôt bon.” 

Le reste appartient déjà à l’histoire: à son palmarès, quatre sacres de champion du monde, en 2015, 2016, 2018 et 2021. Et une nouvelle victoire au marathon de Berlin le 25 septembre dernier. 

Une suite logique
Mais Bart Swings rêvait des Jeux Olympiques. “Le seul problème est que le patinage inline n’est pas un sport olympique, même s’il était au programme des Jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires en 2018. J’ai donc dû passer au patinage de vitesse et c’est ce que j’ai fait en 2010.” 

Bart Swings était poussé par son rêve olympique. Alors passer du roller au patinage de vitesse s’est fait assez naturellement, même si ce n’était pas nécessairement facile. “Le mouvement est très similaire, tout comme les muscles que vous utilisez. Mais en roller, vous êtes libre de bouger, en patinage de vitesse, c’est différent. Sur glace, il faut être techniquement plus efficace et plus précis dans ses mouvements.” 

“Et je suis devenu de plus en plus fort, sur le plan physique mais aussi mental et technique. J’ai grandi avec des rollers aux pieds et c’est précisément ça qui a fait de moi l’athlète que je suis aujourd’hui.” 

Swings devient Olympien
Inspiré notamment par le patineur de vitesse Chad Hedrick, champion du monde de patinage de vitesse avec, à son actif, cinq médailles olympiques dont l’or à Turin en 2006 et à Vancouver en 2010, Bart Swing réalisait finalement son rêve olympique quatre ans après son passage à la compétition sur glace. Première qualification pour les Jeux Olympiques d’hiver en 2014 à Sotchi, où il concourait dans quatre disciplines. Il était alors arrivé 23e au 1.000m, 10e au 1.500m, 5e au 10.000m et 4e au 5.000m. Pas de médaille, mais une première participation olympique encourageante.  

Quatre ans plus tard, le 24 février 2018, Bart Swings terminait deuxième de la mass start hommes aux Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang. Il remportait ainsi la première médaille belge aux Jeux d’hiver depuis la médaille de bronze de Bart Veldkamp aux JO de Nagano en 1998.  

“C’était vraiment spécial. Quand j’ai franchi la ligne d’arrivée, ma première réaction a été: ‘Oh non, j’étais si proche de la victoire’. Mais immédiatement après, j’ai réalisé que j’avais atteint l’objectif que je m’étais fixé huit ans plus tôt, en 2010, quand j’étais passé du roller aux patins à glace parce que je voulais aller aux Jeux Olympiques. J’avais toujours dit: ‘Je veux aller à Sotchi, et ensuite à PyeongChang, je veux une médaille’.” 

L’or à Pekin 2022?
“Et après PyeongChang, le constat était clair: 'après l’argent, il faut aller chercher l’or! J’avais gagné l’argent, je pensais donc que je devais viser un peu plus haut et essayer de décrocher l’or dans la mass start aux prochains JO. Cet été, tout s’est bien passé et actuellement, je suis en bonne forme. Je dois encore affiner ma technique cet hiver.” 

En route pour Pékin
Les préparatifs pour les Jeux Olympiques d’hiver à Pékin se déroulent bien. Les dernières sélections auront lieu lors des Championnats d’Europe prévus du 7 au 9 janvier à Heerenveen aux Pays-Bas, où Bart Swings vit et s’entraîne également. 

A Pékin, la mass start est programmée le 19 février, soit précisément une semaine après le 31e anniversaire de Bart Swings. Saint-Nicolas n’est pas le seul à offrir de beaux cadeaux, croisons les doigts! 


Source:  COIB & olympic.com 

Toutes les nouvelles

Encore 159 jour jusqu'au
Festival Olympique de la Jeunesse Européenne d'hiver Frioul-Vénetie julienne 2023