Ces athlètes ont ouvert la voie à l’égalité des sexes dans le sport (6/10)

L’égalité des genres est une priorité absolue pour le mouvement olympique. Pour le Comité International Olympique, "le sport est l'une des plateformes les plus puissantes pour promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes et des filles". Le COIB a lui lancé en 2019 une plateforme Women & Sport qui veut faire tomber les barrières de genre dans le monde du sport tant dans les instances dirigeantes que sur les terrains. Ce combat a déjà été mené depuis de longues années par de nombreuses femmes qui ont fait avancer les mentalités. Retour sur 10 moments sportifs qui ont participé à la lutte pour l’égalité des genres. Dans ce sixième épisode, on vous présente Nawal El Moutawakel, qui a ouvert la voie pour les femmes du monde arabe.

Episodes précédents : 12345

Le sport reste une activité confidentielle pour les femmes des pays du Moyen Orient et du Nord de l’Afrique. Des sportives issues de pays à majorité musulmane ont subi des persécutions et des abus pour avoir pris part à des compétitions sans avoir couvert tout leur corps.

Alors que le Maroc est plus souple que ses voisins lorsqu’on parle des femmes dans le sport, personne n’aurait pu prévoir la médaille d’or de Nawal El Moutawakel aux Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984.

L’étudiante à l’Université de l’Iowa avait atteint les demi-finales du 400m haies lors des Championnats du Monde en 1983. Mais la seule femme de la délégation marocaine a réussi à améliorer son record personnel d’une demi seconde pour remporter la première médaille olympique d’or de son pays. Les blessures la forceront à se retirer en 1987, mais elle a continué à pousser pour l’égalité des genres aussi bien auprès de l’IAAF (World Athletics) et du CIO. ‘Je suis fière que les choses aient changées. Le changement est lent mais il est là. Donc on va continuer à pousser ce changement.’

Devenue une héroïne au Maroc, Nawal El Moutawakel est également reconnue pour ses exploits dans tout le monde arabe. Elle a inspiré de nombreuses athlètes musulmanes, dont l’Algérienne Hassiba Boulmerka et Ghada Shouaa, championne syrienne d’heptathlon qui participera aux Jeux d’Atlanta en 1996.

La première, Hassida Boulmerka est présente à Séoul en 1988, mais elle se fait un nom en 1991 en devenant, sur 1.500m, la première championne du monde africaine en athlétisme. Alors que la plupart des Algériens ont fêté sa victoire, la coureuse a été critiquée par des groupes musulmans extrémistes parce qu’elle montrait trop de son corps pendant ses courses. Elle a reçu des menaces de mort et a dû déménager en Europe pour pouvoir s’entraîner.

Malgré tous ces bouleversements, elle remporte l’or à Barcelone en 1992, devenant la première Algérienne championne olympique. Lorsqu’elle franchit la ligne elle donnera un coup de poing dans l’air. ‘C’était un symbole de victoire, de défiance. C’était pour dire ‘Je l’ai fait, j’ai gagné. Et si maintenant vous me tuez, ce sera trop tard, j’ai écrit l’histoire’.

(Source : Olympic Channel)

Toutes les nouvelles

Encore 78 jours jusqu'aux
Jeux Olympiques d'été Tokyo 2020